• Un jeune diplômé en informatique qui programme une fraude bancaire dans le sous-sol de sa mère.

    Une amie qui rêve de révolutionner la musique et qui pense naïvement que la prostitution n'est qu'une façon rapide de faire de l'argent.

    Un géant criminel, cruel et avare. Sa jeune femme, maltraitée, humiliée.

    Un coma de quelques années qui bouleverse tout.

    Une tour qui pousse jusqu'au ciel... et qui devra bien s'écrouler un jour.

    Jack et le haricot magique nous plonge dans le folklore des îles britanniques. On y trouve toujours une transaction qui semble désavantager Jack, une longue tige qui grimpe jusqu'au ciel, une harpe magique... Dans cette nouvelle version pleine de suspense, tous les ingrédients sont présents, mais ce n'est plus un jeune garçon qui affronte le géant... et le combat se révèlera beaucoup plus sanglant!

  • La série des Romans dont vous êtes la victime présente des choix narratifs déchirants au lecteur. Ici, pas besoin de calculs ni de notes; que des décisions à prendre, qui mèneront inévitablement à des péripéties et des fins différentes.

    Vous comprendrez bien vite qu'il y a parfois des conséquences pires que la mort.

    Une psychiatre carcérale ayant perdu le contrôle de sa vie amoureuse, familiale et professionnelle, hait ce qu'elle devient: une victime qui subit au lieu de défoncer les portes.

    Alors qu'elle n'arrive plus à rien, recluse dans sa maison au bord du lac, elle reçoit une vidéo anonyme.

    À l'écran, une femme masquée lui impose une «thérapie par le jeu» pour trouver sa vérité.
    />
    L'inconnue propose de terribles scénarios... Et il n'y a aucune échappatoire.

  • Empire bleu sang (L') Nouv.

    Empire bleu sang (L')

    Vic Verdier

    • Alire
    • 23 Septembre 2021

    Au XVIIe siècle, la découverte de diamants bleus sous la ville de Québec a permis à la Cité-État de devenir la plus riche et la plus puissante du monde ; depuis, scientifiques et intellectuels accourent vers ce nouvel Eldorado afin de profiter de la visibilité et du rayonnement de l'« Étoile du Nord ».
    C'est au coeur de cette effervescence qu'un exalté se proclame le « Vrai Messie », au grand dam du clergé catholique qui règne en maître sur la Cité. Quand l'armée qu'il a levée - ses fidèles se font transpercer la main gauche en signe d'obédience - afin de protéger Québec du Grand Mal prend une ampleur alarmante, l'Église se tourne vers le professeur Paul Raumeo, l'enfant terrible du darwinisme qui, fort de ses connaissances en génétique, a créé les Dogues d'Orléans, véritables machines à tuer dotées d'une intelligence quasi humaine. À la veille de la Saint-Jean de 1887, alors que la tension culmine entre les deux factions, la population apprend que Victor Notre-Dame, le plus beau spécimen créé par Raumeo, est revenu dans la Cité-État. Or, le Dogue a une telle soif d'en découdre que cette « fête nationale » passera à l'Histoire !

  • - Mais tu as raison, on dirait que les imprimeurs ne font pas de vieux os par les temps qui courent. Il me manquait juste une nouvelle macabre comme celle-là... Mon père va bientôt pousser son dernier râle, ce qui va tout virer la Verdier & Co. sens dessus dessous. [...] Et mon frère qui en rajoute une couche.

    Les frères Verdier ne se sont jamais aimés. L'aîné, Victor-Hugo, est le canard boiteux de la famille ; ses parents lui ont toujours préféré son frère cadet, Napoléon-Bonaparte, à qui tout réussit. Celui-ci revient de la Grande Guerre en héros, juste à temps pour prendre la relève de feu son père comme patron de la Verdier & Co. Vic, lui, doit se contenter de l'imprimerie, un appendice à peine rentable de la maison-mère. Plus que jamais, il a besoin de ses amis : Joan, l'Anglaise qui vend son corps, Madéus, le musicien aveugle du bordel, et Tob, le journaliste juif, auxquels s'ajoutera bientôt Rosie, l'assistante d'un magicien de passage. Car Vic est inquiet : deux imprimeurs ont été assassinés. Sera-t-il le prochain?

    Dans L'imprimeur doit mourir, les excès de la rivalité fraternelle servent de carburant à un thriller sur fond de chronique (presque) historique. Campé à Québec, en 1919, ce roman débridé nous fait assister à une soirée de blues avec Tom Millard, à un spectacle de magie à la Houdini et au premier amerrissage d'un hydravion à Québec. On y trouve même les aventures de Gonzague Aylwin, le feuilleton que Victor-Hugo rédige chaque semaine, en cachette, pour Le Mercure. - Mais tu as raison, on dirait que les imprimeurs ne font pas de vieux os par les temps qui courent. Il me manquait juste une nouvelle macabre comme celle-là... Mon père va bientôt pousser son dernier râle, ce qui va tout virer la Verdier & Co. sens dessus dessous. [...] Et mon frère qui en rajoute une couche.

    Les frères Verdier ne se sont jamais aimés. L'aîné, Victor-Hugo, est le canard boiteux de la famille ; ses parents lui ont toujours préféré son frère cadet, Napoléon-Bonaparte, à qui tout réussit. Celui-ci revient de la Grande Guerre en héros, juste à temps pour prendre la relève de feu son père comme patron de la Verdier & Co. Vic, lui, doit se contenter de l'imprimerie, un appendice à peine rentable de la maison-mère. Plus que jamais, il a besoin de ses amis : Joan, l'Anglaise qui vend son corps, Madéus, le musicien aveugle du bordel, et Tob, le journaliste juif, auxquels s'ajoutera bientôt Rosie, l'assistante d'un magicien de passage. Car Vic est inquiet : deux imprimeurs ont été assassinés. Sera-t-il le prochain?

    Dans L'imprimeur doit mourir, les excès de la rivalité fraternelle servent de carburant à un thriller sur fond de chronique (presque) historique. Campé à Québec, en 1919, ce roman débridé nous fait assister à une soirée de blues avec Tom Millard, à un spectacle de magie à la Houdini et au premier amerrissage d'un hydravion à Québec. On y trouve même les aventures de Gonzague Aylwin, le feuilleton que Victor-Hugo rédige chaque semaine, en cachette, pour Le Mercure.

  • Montréal, été 2016. L'agent Vic (Vicenzo) Verdier vient d'être recalé à l'examen de sergent-détective du SPVM. Sa blonde, Mélanie, a passé le test avec brio. On la retrouve quelques jours plus tard sous l'autoroute Ville-Marie calcinée dans sa voiture de patrouille. Cette histoire d'horreur se répand dans les médias sociaux comme une traînée de cendre chaude balayée par le vent de la canicule. Dans ce genre d'affaires, l'ami de coeur est toujours le premier suspect... C'est le début d'un méchoui infernal entraînant les policiers du poste de quartier 16 au coeur d'un thriller aux multiples rebondissements. Il suffirait d'un rien pour que tout parte en fumée - surtout le fragile équilibre mental de Vic.

    Cochons rôtis est un polar rondement mené où intrigues, méfiances et tensions au sein des forces policières s'entremêlent pour le plus grand bonheur des lecteurs, des amateurs de sensations fortes et de... sambuca.

    «L'intrigue se développe avec assurance et une bonne maîtrise des principes d'un polar»
    Jean-François Villeneuve, La Presse

    «[Une ] histoire de vengeance à volets multiples fort bien menée»
    Michel Bélair, Le Devoir

    «Un premier polar qui valse entre réalisme, humour et intelligence»
    Les Libraires

    «Une intrigue hyper bien menée [...] Impossible de savoir qui a allumé le brasier avant la fin. Succulent!»
    Julie Roy, Coup de pouce

empty