• L'imperturbable Phileas Fogg mène une vie réglée jusque dans ses moindres détails. Aussi, quand il parie que les progrès techniques du XIXe siècle lui permettront d'accomplir le tour du monde en 80 jours, il planifie chacune des étapes du voyage avec précision. Mais sa détermination se heurte à de multiples obstacles, qui le forcent à improviser : poursuite policière, tempête, sacrifice humain, embuscade ferroviaire...
    Notre héros parviendra-t-il à sauver sa fortune et sa vie ? L'aventure aura-t-elle raison de son calme et de sa froideur légendaires ?

    + Étude de l'oeuvre :
    o questionnaire de lecture
    o parcours en ligne : le carnet de voyage de Phileas Fogg
    o succès et adaptations du Tour du monde en 80 jours

    + Groupements de textes :
    o grands voyageurs de Jules Verne
    o l'aventure au fil de la route

    + Un livre, deux films :
    o La Chevauchée fantastique de John Ford
    o Indiana Jones et le Temple maudit de Steven Spielberg.

    3 Autres éditions :

  • Sylvie

    Gérard de Nerval

    Voulant fuir Adrienne, belle actrice parisienne, et avec elle le monde illusoire du théâtre, le narrateur, qui n'est autre que Nerval, se tourne vers Sylvie, jeune campagnarde qu'il a jadis aimée. Mais le rêve fait place au désenchantement : le retour à la nature, celle de l'enfance dans le Valois, n'est qu'un mythe, et le grand amour de jeunesse se révèle être uen décevante paysanne. Et si ces deux femmes n'en formaient qu'une, 'deux moitiés d'un seul amour'?
    Le récit progresse selon la logique d'une traversée de la mémoire : l'auteur met en scène des souvenirs personnels ('à demi rêvés') et littéraires ; il témoigne d'une véritable érudition tout en faisant l'éloge de la culture populaire. La mémoire collective est pour lui assez vaste pour accueillir la réalité la plus ordinaire comme les mystères les plus sublimes.
    Avec cette nouvelle des Filles du feu, Nerval dit adieu aux chimères de la jeunesse et de l'amour idéal. Ce récit poétique, entre romantisme et surréalisme, est déjà une recherche du temps perdu.

    1 autre édition :

  • Pays du Lac-Saint-Jean, fin mai 1928.

    Pendant que de nouvelles crues dévastatrices frappent les propriétés des riverains installés en bordure de cette véritable mer intérieure, Emma Cloutier est retrouvée noyée près de la ferme ancestrale. Ce deuil cruel sèmera la discorde et le mensonge dans la famille Cloutier, surtout lorsque Jacinthe, la soeur ainée d'Emma, tentera de comprendre ce qui s'est réellement passé. Quand son ancien fiancé tente de renouer avec elle, la jeune infirmière découvre peu à peu les sombres secrets que préservait jalousement sa soeur, une institutrice à l'allure si sage, que tous croyaient bien connaître.

    Le Scandale des eaux folles, premier tome de cette nouvelle série, encore une fois implantée dans cette magnifique région québécoise qu'est le Saguenay-Lac-Saint-Jean, démarre en trombe dès la première ligne. Inspiré de faits authentiques, il garde le lecteur hors d'haleine jusqu'à la toute fin, alors qu'au fracas des vagues du majestueux lac, quand souffle le terrible vent du nord-est, se mêlent désespoir, peur et non-dits. Du Marie-Bernadette Dupuy à son meilleur, l'auteure que des millions de lectrices et lecteurs à travers le monde apprécient hautement.

  • Petite

    Sarah Gysler

    "Je suis née au milieu des années nonante dans une famille décomposée. On était de ces enfants qui grandissent avec une clef autour du cou, connaissent les numéros d'urgence par coeur et savent faire cuire des pâtes avant même d'être en mesure d'atteindre les casseroles. Petite, on a tenté de m'expliquer que j'avais des « origines » par ma mère et un père qui ne peut plus courir parce qu'il a trop travaillé. En classe, j'écoutais des professeurs désabusés me raconter comment réussir ma vie. Plus tard, on m'a dit que je travaillerai dans un bureau parce que c'est ce qu'il y avait de mieux pour moi, qu'assez vite j'aurai un mari, une maison, puis des enfants, qui verront le jour presque par nécessité. À vingt ans, j'ai arrêté d'écouter les gens et je suis partie. Seule, en stop et sans un sou en poche. J'ai traversé l'Europe jusqu'au Cap Nord, sans autre but que de ne pas pourrir chez moi. On peut dire que j'ai fui. C'était mon premier grand voyage. Dans ce livre, j'ai voulu raconter mes errances, mes chutes et comment la route m'a sauvée." S. G.
    Ce livre est un roman d'apprentissage foudroyant, celui d'une petite fille qui transforme sa colère en odyssée. Avec humour et tendresse, la jeune globe-trotteuse raconte les tourments de l'enfance, son dégoût d'une société uniformisée, mais aussi son irrésistible soif d'être libre qui la pousse à dépasser ses peurs.

  • Sous leurs airs sensuels de paradis tropicaux, les îles de ce recueil se disputent le statut de territoire pour naufragés. Il y a d'abord cet Américain, expatrié dans les Caraïbes, qui se retrouve à devoir conserver sa mère décédée dans la chambre froide de son hôtel. Et aussi ces deux insulaires qui, malgré eux, fomentent un début de révolution. Sans parler de ce trafiquant de drogue pourchassé par la police, qui plonge dans l'océan avant d'être sauvé par un bateau rempli de réfugiés. Tous affrontent ici des mers incertaines.

  • Mai 1881, Cité de Saint-Lizier, Ariège, France Six mois après la mort de l'assassin Blaise Seguin, Angélina a repris le cours de sa vie, ponctué des joies et des peines liées à son métier de sage-femme. Toujours à la recherche de l'amour qui semble la fu

  • " Longtemps je n'avais pas compris que le fait d'être une femme était comme on dit un handicap ; je ne m'étais nullement attardée sur l'évidence qu'il était difficile d'envisager un destin à la Lawrence d'Arabie en étant de sexe féminin. Je n'avais d'ailleurs eu aucune alerte à ce sujet. Mes parents ayant oublié de m'interdire quoi que ce soit, je n'avais jamais de ma vie entendu dire que je ne pouvais pas entreprendre quelque chose parce que j'étais une fille. " La Triomphante est le portrait d'une aventurière : l'odyssée, réussie ou ratée, ne compte que pour elle-même.
    La Triomphante est l'histoire d'une enfant d'Orient rêvant à l'Europe : adaptation, dissimulation, transformation ; drôles de batailles, inévitables défaites.
    La Triomphante est un personnage qui a une conception primitive de l'amour : possible ou impossible, glorieux ou tragique.
    La Triomphante est un traité de survie, quand il faut traverser l'exil, tous les exils, dans un monde au bord du gouffre.
    La Triomphante est la cavalcade d'une étrangère dont la seule patrie est la littérature, l'humour, l'ironie.
    La Triomphante est aussi un bateau, une belle corvette, qui ne demande qu'à larguer les amarres.

  • En décembre 1787, la Bounty quitte l'Angleterre sous le commandement du capitaine William Bligh, un homme cruel et colérique. Le navire fait voile vers Tahiti lorsque éclate une mutinerie menée par son second, Fletcher Christian... Respirez l'air du large et embarquez sous les ordres du capitaine Verne pour une aventure devenue légendaire !

    1 autre édition :

  • Résumé
    Au bout du voyage, il y a l'Autre, quelques décalages à rattraper, des contraires à dénouer. Enivrée par une urgence tranquille, Mylène Bouchard fait l'éloge de la légèreté, de la solitude et de l'amour. La poésie mesure l'écart entre les êtres qui s'éloignent ou se rapprochent, se manquent ou se rencontrent.

    Extrait
    Comme des enfants
    Ils ont joué dans les rideaux
    Il n'y avait plus qu'eux
    Et leur théâtre muet

    Point de vue de l'auteure
    Pour l'auteure Mylène Bouchard
    Je suis une femme aujourd'hui, je me bats ; je suis écrivaine, éditrice et féministe. Il faut aimer les femmes, les aimer plus fort, toujours davantage. Le monde est violent pour les femmes. Encore.
    Je suis une intellectuelle. Écrire me demande énormément de réflexion. Je suis une créatrice d'aujourd'hui et de demain, je cherche les questions d'aujourd'hui et de demain. Je veux créer une profondeur de champ. Seules les questions importent.
    J'écris pour pacifier le monde, pour abolir la violence.
    J'écris parce que je ne peux tolérer la violence.


    L'auteure
    Née en 1978 au Lac-Saint-Jean, Mylène Bouchard est écrivaine et éditrice. Ses écrits se consacrent à une réflexion sur les amours bonnes, remettent en question les modèles de pensée dominante, proposent de voir plus loin, invitent à affronter le monde, réinventent le risque et l'aventure de la vie. Elle a publié à la Peuplade les romans Ma guerre sera avec toi (2006) et La garçonnière (2009 ; 2013), le recueil de fictions Ciel mon mari (2013), ainsi que l'essai Faire l'amour : Shakespeare, Tolstoï et Kundera (Nota Bene, 2014). Son plus récent roman L'imparfaite amitié (La Peuplade, 2017), présente une vision plurielle des relations humaines, sise entre le désir et la consommation, l'intimité et la résistance. Elle a été finaliste au Prix littéraire du Gouverneur général et a reçu le prix Joseph-S.-Stauffer.

  • Les trois romans de montagne de Frison-Roche sont réunis dans ce volume - genre qui fit sa notoriété. Trois histoires de dépassement de soi, de passion, de fraternité.
    Premier de cordée, écrit et adapté au cinéma pendant la guerre, raconte le combat d'un fils, handicapé par une blessure qui le rend sujet au vertige, décide de suivre les traces paternelles en haute montagne, envers et contre tout.
    La Grande Crevasse (1948) et sa suite, Retour à la montagne (1957), tracent l'histoire d'une jeune fille noble s'affranchissant de l'existence qui lui était promise. Mais l'existence d'une femme de guide n'est pas faite que de cimes... Seul un exploit pourra réhabiliter celle qui est stigmatisée par la communauté montagnarde, et lui octroyer sa reconnaissance.

  • Récit de voyage insolite, drolatique, Via Appia est une exploration de l'Italie d'autrefois et d'aujourd'hui, un livre passionné sur la beauté, l'amour et la liberté de penser. En descendant la Via Appia, cette route mythique qu'empruntaient les légionnaires romains, les éléphants d'Hannibal, les esclaves de Spartacus et les chars de Césars, Jacques de Saint Victor nous invite à un voyage peu commun. Outre le fait qu'il déteste la marche et ne se départit jamais d'un décapant sens de l'humour, l'auteur est l'un des plus fins connaisseurs de l'Italie. Au volant de sa vieille Fiat, il nous introduit dans l'Italie profonde. Loin des tours opérateurs, des exploits sportifs et de l'égotisme gratuit, c'est une plongée au coeur des mythes, au croisement des grandes cités antiques et de l'ultra-violence des mafias d'aujourd'hui. Suivre l'Appia, la plus ancienne route de l'Occident unissant le christianisme et le paganisme, l'Antiquité et le Moyen Âge, l'Occident et l'Orient, c'est retourner au berceau de la civilisation et de la vie publique. La Philosophie, la Démocratie, la Tragédie et la Comédie, Dieu et le Droit n'ont-ils pas trouvé leur source au creux de cette via publica ? Emprunter l'Appia, c'est aussi se frotter à la rudesse des " Sibéries du sud " et du populino, le petit peuple qui échappe aux statistiques et se reconnaît à son esprit " baroque ", ses rites insolites et ses superstitions. D'ailleurs, la Regina Viarum, la Reine des Voies, n'a rien perdu de son antique vocation de lieu de perdition. L'auteur nous révèle certaines anecdotes inédites et troublantes sur ce Far-west fasciste, sur l'épisode des Marocchinate, sur les " nouveaux Guépards ", la Camorra et la Casa Nostra, ces organisations secrètes et criminelles qui terrorisent et pillent le pays. Jacques de Saint Victor est un érudit passionnant qui a fait de cette traversée géographique un voyage heuristique, une remontée dans le temps et un petit traité du libéralisme intellectuel, ce qui n'est pas sans susciter de vifs débats avec sa femme. Naturellement, Michela, l'Italienne des Pouilles à l'irrésistible franc-parlé, est une députée féministe de gauche et professeur de philosophie morale tandis que son historien de mari ne jure que par Montesquieu et Tocqueville. Toujours dans un avion entre Rome et Paris, elle donne des conférences sur le couple pendant que lui développe " un cas préoccupant de régression touristique " en s'enfonçant dans les méandres de l'Appia. Mais n'est-ce pas aussi pour retrouver un peu de ce temps perdu de l'enfance, de cet état d'équilibre originel ? Prix de l'essai de l'Académie française 2013 pour Un pouvoir invisible. Les mafias et la société démocratique (Gallimard).

  • L'oeuvre littéraire d'Édith de la Héronnière a pour terreau la pratique d'un art majeur : celui de l'« égarement ». En s'égarant, on risque bien moins de se perdre que de rencontrer. Et lorsqu'on se trouve en Sicile, ce sont les jardins qui surgissent, ahurissants d'aspect et de tons, au beau milieu des chemins titubants de chaleur. Édith de la Héronnière nous conduit ici au coeur des mythiques jardins siciliens, ancrés dans une histoire lointaine au parfum oriental. Ces oasis, à la flore si riche en espèces, en couleurs, en odeurs, ont souvent quelque chose d'un peu fou, à l'image du labyrinthe de Donnafugata où l'on peut se perdre à jamais. Le point commun de tous ces jardins est sans doute l'exubérance créatrice. Derrière les clôtures, la nature n'a pas seulement fait germer le génie botanique ; elle a aussi produit le génie poétique et littéraire. Car nous sommes sur les terres de Lampedusa ou de Lucio Piccolo, et dans les pas de Goethe ou de Dumas. Sous les ficus géants, pétrifiés de soleil, s'étale l'ombre de la mort avec laquelle les Siciliens ont très lentement, note après note, composé une sorte d'« hymne au silence », chantant ainsi leur singulière sagesse.

  • Maintenant que j'aborde ma « dernière ligne droite », il y a une chose au moins dont je suis certain : mener sa vie conformément à ses rêves est devenu un pénible défi quotidien. Jamais nous n'avons été autant prisonniers du monde que nous avons créé, de

  • Alexandra David-Néel est considérée comme la plus grande exploratrice du XX siècle. Après une adolescence fugueuse, elle déploya ses multiples talents de cantatrice, journaliste, féministe, orientaliste, franc-maçonne, écrivain, tout en choisissant le buddhisme comme chemin spirituel, voie tout à fait inhabituelle à l'époque.
    Animée par une soif insatiable de voyages et de liberté, elle sillonna l'Europe et l'Afrique du Nord, puis la plupart des pays d'Asie. Elle y accomplit l'exploit qui la rendit célèbre : en 1924, après 2000 kilomètres de marche dans des conditions extrêmes elle est la première Occidentale à entrer dans la capitale du Tibet, alors interdite aux étrangers.
    Complétée par des documents et des cartes inédits, cette biographie permet de comprendre la personnalité d'une femme exceptionelle.
    />

  • En choisissant en 1952 de donner une nouvelle traduction du premier roman de Virginia Woolf The Voyage Out, le grand poète et traducteur Armel Guerne (à qui l'on doit aussi une magistrale version française de Moby Dick) a souhaité donner à lire au plus large public ce texte fondateur de l'auteur de Mrs. Dalloway. Car sous son aspect de satire sociale l'histoire de la jeune Rachel Vinrace est un véritable roman d'apprentissage aux accents autobiographiques évidents. Lorsqu'elle s'embarque pour l'Amérique du Sud sur le bateau de son père, Rachel n'imagine pas que ce voyage commencé sous des traits enchanteurs sera celui des illusions perdues. Certes Mr. et Mrs. Dalloway sont des passagers charmants, certes à l'arrivée en Argentine ce ne seront que bals, baisers et même l'amour. Mais sous la beauté que de noirceurs, les apparences vont vite se fissurer pour laisser la place aux thèmes favoris de l'auteur : désir de capter ce qui existe derrière les choses, une subtile proximité avec la mort. Rachel va tomber malade, se sentira immergée dans un puits d'eau visqueuse. Mais elle entendra aussi cette phrase : « Jamais deux êtres n'ont été aussi heureux que nous l'avons été. » Cette phrase, c'est celle que l'auteur d'Une chambre à soi écrira à son mari Leonard Woolf à la veille de son suicide. E.M. Forster a, dès sa parution, salué Croisière comme « un roman qui n'a peur de rien ».

  • « J'avais entendu dire que Vladivostok était pleine de réfugiés sans abri [...] Maintenant j'avais sous les yeux cette misère en marche. »

  • " Ma retraite cathodique était un échec.
    La télé ne rend pas seulement con, elle rend surtout malheureux. J'en suis venu à penser que les derniers hommes étaient ceux qui se passaient de télévision. Je suis monté au premier étage de la Tour Eiffel et j'ai balancé mon Philips coin carré. Le monde est vaste et accessible. J'ai vendu mon sofa et j'ai acheté un billet d'avion. " Lassé d'être un légume cynique observant négligemment le chaos contemporain, la narrateur part vérifier qu'un autre monde est possible.
    Sur les routes de l'Amérique latine et des Etats-Unis, il croise des travellers égarés, des rebelles zapatistes, des stars d'Hollywood et des chamanes foireux, pas mal de cinglés et un peu d'amour... Comment prendre ce monde au sérieux ? Y a-t-il un ordre caché dans le bordel ambiant ?

  • Traversée

    Francis Tabouret

    Je me suis levé et nous avions quitté le port. Tout, dans la cabine, vibrait au rythme lent de la machine : les placards, les portes, les corps. Cinq étages plus bas, comme réfugiés entre les piles de containers, au centre du bateau, les taureaux étaient immobiles, statues de poils et de cornes, figées de réflexion, enveloppes impassibles. Les moutons, en petite assemblée, mâchaient du foin autant parce que la faim les tiraillait que pour se donner une contenance. Les chevaux, eux, avaient les yeux alertes, les oreilles mobiles : ils étaient tout à fait éveillés.

  • Le vigneron dans sa vigne

    Jules Renard

    Que Jules Renard se laisse guider dans la campagne, partage un café avec un voisin, décrive une vieille femme ou prenne des notes sur les vendanges, c'est toujours une plongée parmi les humbles, dont on sort transformé. Avec une poésie qui n'appartient qu'à lui, l'auteur redessine un monde rural habituellement austère et qui se révèle ici pétillant de malice et regorgeant de merveilles.

  • Sur les routes d'Auvergne, de Saint-Nectaire à Salers, vous traverserez un véritable plateau de fromages à ciel ouvert. Moins en altitude, plus à l'ouest... c'est en observant le jeu du soleil et du vent dans les marais de Guérande que vous comprendrez la magie de la fleur de sel. Mais pour les vacances, le must, ça a toujours été la Nationale 7 ! Outre la myriade de restaurants étoilés, suivez la route de l'amande avec, du nord au sud, la praline de Montargis, le nougat de Montélimar et le calisson d'Aix. Avec des recettes de Marmiton et près de 250 bonnes adresses pour dégoter la meilleure farine de sarrasin ou déguster un pot-au-feu de légende.

  • La van life est un mouvement qui rassemble ceux et celles qui, en quête de liberté et d'aventures, ont choisi la route comme mode de vie. Travailleurs autonomes, couples ou familles, ce sont leurs récits passionnants qui nous sont racontés dans le livre Vie de van.
    Au fil des pages, on suit Julien Roussin Côté, fondateur du blogue Go-Van, et ses collaborateurs aux quatre coins du monde. Du Québec à la Louisiane, en passant par les Alpes suisses ou la Terre de Feu, ces passionné(e)s de belles rencontres partagent avec nous leurs coups de coeur, leurs réflexions, leurs conseils et leurs suggestions d'itinéraires.
    En plus d'être inspirant visuellement, le livre permet de répondre aux questions essentielles relatives à la vie en van. Êtes-vous fait pour la van life ? Combien coûte la vie sur la route ? Que faut-il prévoir avant de partir pour un long voyage ? Comment ces nomades trouvent l'équilibre entre le travail et l'aventure ?
    Vie de van, c'est à la fois un hymne à la vie de bohème, un pied de nez à la sédentarité et un ouvrage à faire rêver tous ceux et celles qui aiment voyager. C'est aussi un guide rempli d'astuces et un beau livre qui rend hommage à la beauté des paysages et à l'immensité des grands espaces.

  • Pour la première fois réunis en un seul volume, Peuples chasseurs de l'Arctique et Nahanni sont les deux grands récits des aventures canadiennes de Roger Frison-Roche.
    En 1966, l'écrivain décide d'aller à la rencontre des Indiens du Grand Lac des esclaves aux côtés de son complice, le photographe Pierre Tairraz. Les voilà donc partis pour quelque deux mille kilomètres en traîneau dans les déserts glacés du Grand Nord.
    Trois mois durant, ils supportent des températures entre -30°C et 40°C et découvrent une vie de chasseurs aux antipodes de la leur. Profondément marqués par ce premier voyage, les deux hommes éprouvent, trois ans plus tard, l'irrépressible besoin de revenir sur leurs pas et envisagent cette fois de remonter en canot le cours de la redoutable Nahanni.
    Ce récit d'aventures mythique, écrit au retour de l'expédition, suscite toujours autant le frisson et nous fait découvrir les horizons d'une terre mystérieuse et hostile, dont les noms évocateurs, la porte des Enfers, la chaîne des Funérailles...,rappellent sans cesse l'omniprésence du danger.

  • Dans ce livre de mémoires. Roger Frison-Roche, l'un des grands écrivains-aventuriers du XXe siècle, revient tour à tour sur son enfance passée à flanc de montagne, sur les nombreux exploits sportifs dont il fut le héros, sur les guerres et son engagement dans la Résistance - mais également sur sa prédilection toute particulière pour les voyages extrêmes dont il tirera un amour immodéré pour le Grand Sud algérien comme pour les magiques contrées polaires. Un livre empreint de l'immense respect pour le courage et la dignité humaine qui caractérise toute son oeuvre.

empty