• Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n'existent pas. Les inégalités n'existent pas. la désobéissance et la révolte n'existent pas. L'harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le comité des sages. Les personnes trop âgées, ainsi que les nouveaux-nés inaptes sont "élargis", personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c'est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux, quand l'oeil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. Dans quelques jours, Jonas aura douze ans. Au cours d'une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu'il est unique. Un destin extraordinaire l'attend. Un destin qui peut le détruire.

    Ce livre a fait l'objet d'une adaptation cinéma, sortie le 29 octobre 2014 en France. Il a aussi reçu le Prix « Tam Tam » décerné par le salon du Livre de Jeunesse de Montreuil en 1994, le Prix « Lecture Jeunesse » en 1995, le "Prix des Jeunes Lecteurs organisé par la bibliothèque Municipale de Thorigny 1996 et le "Prix Farniente" 2001 (Belgique).

  • Après la révélation qu'a été pour ses nombreux lecteurs
    La Mémoire des Croquants (1435-1652), Jean-Marc Moriceau
    poursuit ici sa passionnante enquête sur la vie de nos ancêtres
    paysans depuis le retour de la paix civile jusqu'à l'aube
    de la Révolution qui bouleverse les campagnes.
    Ce volume offre un accès direct aux sources en associant les témoignages
    sur l'évolution des campagnes aux confidences des acteurs eux-mêmes.
    Avec l'essor de l'alphabétisation - et la croissance de la population rurale,
    qui passe de 17 à 23 millions d'habitants -, chaque région répond à l'appel.
    Des plaines du Nord jusqu'aux villages du Queyras, les gens de la terre écrivent.
    Alternent ainsi des événements de toute nature et des faits de la vie quotidienne,
    les bonheurs et les malheurs. Avec 1 380 épisodes concrets, cette fresque
    foisonnante nous aide à sonder les reins et les coeurs, nous tenant en haleine
    sur cinq générations et trois règnes (Louis XIV, Louis XV, Louis XVI).
    Trois phases, qui ne coïncident d'ailleurs pas avec l'histoire politique,
    scandent la période : cinq décennies de fer où la pression fiscale
    de l'État et les destructions des guerres se conjuguent avec les fléaux
    de la nature (1653-1700) ; un demi-siècle de morosité où les incertitudes
    l'emportent (1701-1750) ; une génération d'espoirs enfin
    où des progrès techniques et même sociaux se dessinent (1751-1788).
    Passé 1750, l'accélération de l'histoire est patente bien qu'inégale.
    La boîte du colporteur apporte les Lumières au village.
    Arpentons les terres, les bois et les vignes omniprésents, pénétrons
    à l'intérieur des fermes, en nous immergeant dans le vécu des habitants
    sur tout l'Hexagone. Ce sont nos aïeux que nous retrouvons et qui,
    au jour le jour, ont façonné les paysages, le patrimoine matériel
    et l'économie dans lesquels nous plongeons nos racines.

  • Rousseau ne voulait pas qu'un portrait de lui figure en tête de ses OEuvres.
    Son vrai portrait, le seul qui ne mentirait pas, c'est en lisant ses Confessions qu'on l'aurait sous les yeux : " Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi. " Mais quelle identité assigner à ce moi qui déclare : " Je suis autre " ? Autre que tous les autres, et pourtant leur semblable. Perpétuellement autre que soi, et pourtant toujours même.
    E Bigarre et singulier assemblage " d'identifications multiples où Narcisse et Caton, Alceste et Céladon, Mentor et le petit Jésus, Socrate et la cigale, Orphée et la fourmi, le rat des villes, celui des champs, le berger extravagant, l'agneau immaculé et le bouc émissaire tiennent tour à tour le devant de la scène, sans nuire pour autant à l'unité d'action, " tant tout se tient, tout est un dans mon caractère ".
    Au lecteur d'en juger.

  • Passeuse de rêves

    Loïs Lowry

    Petite est toute nouvelle, mais elle est très douée. Quand elle effleure de ses doigts translucides le bouton d'un pull, elle capte l'histoire de ce bouton : un pique-nique sur une colline, une nuit d'hiver au coin du feu, et même la fois où on lui a renversé dessus un peu de thé...
    Bientôt, Petite sera capable de combiner ces fragments d'histoires avec d'autres souvenirs collectés à partir d'une photo, d'une assiette ou d'un tapis afin d'en faire des rêves très doux pour les humains. Chaque nuit, elle s'entraîne à devenir passeuse de rêves dans la maison où vivent une vieille femme et son chien.
    Mais la formation s'accélère brutalement lorsque la vieille femme se voit confier par les services sociaux un jeune garçon. Il s'appelle John et il est très en colère.Une colère si profonde que les Saboteurs, maîtres des cauchemars, risquent de le repérer. Petite sera-t-elle suffisamment forte pour leur résister ?
    De quoi nos rêves sont-ils faits ? Lois Lowry y répond de bien jolie manière dans ce roman entre fantastique et poésie.
    L'auteur du Passeur s'intéresse une nouvelle fois à toutes ces bribes du passé, celui d'hier et celui du temps jadis, qui composent nos vies et hantent nos rêves. Comme la vieille femme de son roman, Lois Lowry s'est installée avec son chien dans une grande maison à Cambridge, dans le Massachusetts.

  • Son enfance, elle l'a passé dans un petit pays d'Amérique centrale. Seuls perdurent de ces lointaines années tropicales quelques souvenirs heureux. Jusqu'au jour où une image aperçue sur un écran de télévision fait tout tanguer. Au beau milieu d'un reportage sur les services secrets français, cet homme qu'elle reconnaît, qui « travaillait avec son père ». Ses parents auraient-ils pu être liés au service de renseignement à la fin de la guerre froide ? Son paradis enfantin baigné de soleil cacherait-il un arrière-fond plus trouble ? Ne lui reste plus qu'à fouiller sa mémoire et à remonter le temps, suivre les pistes des vieilles connaissances pour découvrir la vérité. Nathalie Peyrebonne, dans ce roman sur la quête de l'enfance et de ses rêves étincelants, interroge les mystères de la mémoire, ses pièges et ses tours de force.

  • Alexandra David-Néel est considérée comme la plus grande exploratrice du XX siècle. Après une adolescence fugueuse, elle déploya ses multiples talents de cantatrice, journaliste, féministe, orientaliste, franc-maçonne, écrivain, tout en choisissant le buddhisme comme chemin spirituel, voie tout à fait inhabituelle à l'époque.
    Animée par une soif insatiable de voyages et de liberté, elle sillonna l'Europe et l'Afrique du Nord, puis la plupart des pays d'Asie. Elle y accomplit l'exploit qui la rendit célèbre : en 1924, après 2000 kilomètres de marche dans des conditions extrêmes elle est la première Occidentale à entrer dans la capitale du Tibet, alors interdite aux étrangers.
    Complétée par des documents et des cartes inédits, cette biographie permet de comprendre la personnalité d'une femme exceptionelle.
    />

  • À jour de la réforme des diplômes du travail social (DEES, DEASS, DEEJE, DECESF,  CAFERUIS, DEIS, CAFDES, licence, master) !On trouve dans ce livre Mémoire de pratique professionnelle en travail social :Toutes les étapes indispensables à la rédaction de votre mémoireLes attendus du jury et la méthode pour y répondreComment se préparer à la soutenance oraleExemples de travaux préparatoires, de mémoires et de soutenancesEn complément, des ressources en ligne (bibliographie, sitologie et glossaire)

  • Quand il neigeait à Boulogne, tous les Russes de l'immeuble étaient heureux. C'était la fête. Ma grand-mère débarquait dans ma chambre à sept heures du matin.
    «Debout là-dedans ! hurlait-elle. Regarde ! » Elle ouvrait les volets d'un geste magistral pour me montrer le ciel blanc. « Il neige ! Habille-toi ! Vite ! »
    Babou n'était pas une grand-mère ordinaire. Elle me racontait que les yeux des filles, en Russie, brillaient comme le reflet de mille pierres de lune dans la nuit. Les garçons les aimaient, ils les embrassaient, puis ils les oubliaient.
    C'est l'hiver de mes treize ans qu'à mon tour j'allais découvrir l'amour. Il s'appelait Boris. Il avait les yeux bleus et quelque chose au milieu qui me donna envie d'y plonger.

    « Partir Au pays des pierres de lune, c'est l'assurance d'un magnifique voyage - riche en rencontres et chargé en émotions - qui marque assurément de son empreinte nostalgique le lecteur qui l'entreprend. »
    Blog Les lectures de Marie

  • Une histoire amusante de l'orthographe, des Gaulois à nos jours L´orthographe, ses règles obscures et ses exceptions vous font souffrir ?
    Rassurez-vous, c´est voulu !
    Comment pourrait-il en être autrement dans un pays à l´histoire si tumultueuse ? Comme la France, notre orthographe a traversé les siècles en empruntant des voies détournées, sans craindre détours ni autres pirouettes.
    Il fallait un Belge tel que Bernard Fripiat pour raconter cette histoire avec un humour et une irrévérence qui déculpabiliseront les pires cancres.
    En une centaine de questions-réponses, il explique l´origine de chaque difficulté et raconte la folle épopée d´une orthographe que le monde entier nous envie...

  • Ils ont été pharaons, empereurs romains, rois de France, croisés, missionnaires, conquérants, bâtisseurs de palais et de cathédrales, découvreurs de mondes nouveaux. Ils ont connu l'ivresse de la gloire, l'amertume de la défaite, ils ont peiné dans les travaux. Ils ont incarné l'aventure de l'Occident jusqu'aux extrémités de la terre, ils ont dû faire face à la barbarie, à la guerre, à la terreur et à la tyrannie totalitaires. De la profondeur de l'Égypte ancienne aux conflits qui ont ouvert le XXIe siècle, ils offrent la plus étonnante des galeries de portraits. Marc Aurèle y croise Christophe Colomb, Louis XVI, Honoré d'Estienne d'Orves ou Hélie de Saint Marc. Ils forment la compagnie des ombres, surgie du passé pour nous offrir un tête à tête. Un dialogue singulier avec les morts. L'histoire est trop souvent traitée comme un cadavre par des médecins légistes si attentifs aux organes qu'ils prélèvent sur le corps dont ils font l'autopsie que leur échappe son mystère, ce qui lui donnait sa vie même. Elle est, ailleurs, considérée comme le divertissement d'un jour, l'occasion d'une promenade sans enjeu. Les textes réunis ici comme en un recueil de nouvelles voudraient s'inscrire dans une autre tradition, celle d'une histoire méditative : une histoire tournée vers la recherche de ce qu'elle a à nous dire d'essentiel, de vital sur nous-même. Ils se proposent de convoquer les ombres du passé pour nous donner à contempler ce qui n'est pas mort avec elles. Nous doutons aujourd'hui que l'histoire puisse être maîtresse de vie : « magistra vitae », disait Cicéron. Nous voulons croire que nous n'avons plus rien à apprendre d'elle. Il nous manque d'avoir les yeux ouverts sur ce qui fait échapper ses protagonistes à leur condition mortelle ; ce qui leur donne leur part d'éternité.

  • « L'un des témoignages les plus importants sur l'Allemagne de Hitler. » Hannah Arendt De 1936 à 1944, Friedrich Reck-Malleczewen a couché dans son journal la haine que lui inspiraient les nazis et la honte ressentie devant ce qu´ils faisaient de l´Allemagne et des Allemands.
    Fervent nationaliste, conservateur convaincu, nostalgique de la monarchie, Reck-Malleczewen s´est insurgé par amour de l´Allemagne contre Hitler, ce « raté » rencontré à plusieurs reprises. Son témoignage aussi précis qu´implacable est porté par une écriture sans pareille où la colère le dispute à la révolte.
    Véritable réquisitoire contre le IIIe Reich, document majeur oublié depuis des décennies, La Haine et la honte se révèle ainsi d´une lucidité et d´une prescience troublantes.
    Une lecture indispensable pour comprendre le nazisme et ceux qui lui ont cédé.

  • Dans ce livre de mémoires. Roger Frison-Roche, l'un des grands écrivains-aventuriers du XXe siècle, revient tour à tour sur son enfance passée à flanc de montagne, sur les nombreux exploits sportifs dont il fut le héros, sur les guerres et son engagement dans la Résistance - mais également sur sa prédilection toute particulière pour les voyages extrêmes dont il tirera un amour immodéré pour le Grand Sud algérien comme pour les magiques contrées polaires. Un livre empreint de l'immense respect pour le courage et la dignité humaine qui caractérise toute son oeuvre.

  • L'Esclave de Dieu retrace l'épopée extraordinaire de René Caillié, premier Blanc arrivé et reparti vivant à Tombouctou - le premier, donc, qui pourra témoigner sur cette ville mythique. Cette biographie romancée a pour héros un fils de bagnard qui, au début du XIXe siècle, réussit seul, sans le soutien des gouvernements engagés en Afrique, la plus grande exploration du siècle. Ayant fait sienne ce proverbe arabe - " Le haillon du mendiant est moins voyant que la tunique du roi " -, il se fait passer pour musulman et voyage sous le nom d'Abdallahi, l' " esclave de Dieu ". Son voyage jusqu'à la ville aux sept portes d'or, et son retour, qu'il effectue en traversant le Sahara jusqu'au Maroc, dure dix-huit mois.
    Nous le suivons pas à pas : mêlé aux convois d'esclaves, honoré par ceux qui voient en lui un pieux voyageur, maltraité par ses guides... Un grand roman d'aventure, et l'histoire d'un homme s'étant créé sa propre légende.

  • « Te souviens-tu du nom de l'arbre ? » Voici l'enjeu au coeur de ce conte d'origine africaine adapté par Stéphanie Bénéteau, mettant en scène des animaux relevant ce défi à travers un parcours semé d'embûches, mais pouvant sauver leurs amis : un zèbre, un lièvre, une gazelle, un lion et une tortue. Une fable qui raconte avec sagesse que les plus forts ne supplantent pas toujours la détermination d'un plus faible.
    Stéphanie Bénéteau interprète avec sensibilité ce conte traditionnel, accompagnée d'une musique espiègle, aux rythmes africains, signée Daniel Thonon.

  • En 1870, les hasards de la guerre précipitent le destin d'Aurélie Picard, jolie et ambitieuse cousette de province : elle épouse un jeune prince de l'islam, Si Ahmed Tidjani. Un roman tiré d'une histoire vraie, celle de la première Française au Sahara.

  • Moi, boy

    Roald Dahl

    Que se passe-t-il quand on attrape une ratite? Et quand on simule une crise d'appendicite? Avez-vous jamais fumé du tabac de chèvre? Vous a-t-on déjà affublé d'un costume qui donne l'air d'un employé des pompes funèbres pour vous rendre à l'école?
    Neuf, dix, onze ans... Les années passent : voici venu le temps de se demander ce que l'on fera après le collège...

    Titre recommandé par le ministère de l'Éducation nationale en classe de 3e.

    1 autre édition :

  • Portrait de cet homme politique emblématique du second Empire dont le nom évoque la norme bourgeoise de l'appartement parisien. Au-delà de ce style architectural, Haussmann a créé la capitale des temps modernes et en 17 ans a dirigé la construction des grands boulevards, de l'Opéra, du marché des Halles, la réorganisation de l'île de la Cité, etc.

  • Voltaire autobiographe ? On est tenté de rire, Les Confessions en main, ou saint Augustin en mémoire. Et pourtant, le satiriste le plus cinglant de notre histoire s'y est pris à trois fois pour se raconter... En 1754, échappé de Berlin, interdit à Paris, réfugié à Colmar, il compose ou réécrit de fausses-vraies lettres de Prusse à sa nièce et amante, Mme Denis, qui furent reversées jusqu'à nos jours dans la Correspondance comme autant de témoignages spontanés et éblouissants sur ses démêlés avec Frédéric II. Celui-ci tient encore la première place dans les Mémoires pour servir à la vie de Monsieur de Voltaire, rédigés entre 1758 et 1760, à côté de Candide ; quant au Commentaire historique sur les oeuvres de l'auteur de La Henriade (1776), il part de l'enfance et embrasse les légendaires années de Ferney. L'autobiographie apparaît ici dans toute sa diversité : recueil épistolaire, récits à la première et à la troisième personne ; ton dolent, puis comique, puis rasséréné, pour se raconter sans enflure ni aveux. Au milieu de nos débordements, cette rare leçon de sobriété autobiographique vaut bien un hommage, sans doute.

  • Pomme Z

    Ginevra Bompiani

    Pomme Z. Ces deux touches du clavier Apple permettent de revenir en arrière, effacer ce qui vient d'être écrit, retrouver ce qui était perdu. Il n'en va pas de même dans la vie. Défaire le passé pour le recomposer est impossible. Ce serait pourtant un tel soulagement de pouvoir prononcer les mots qui n'ont pas été dits par hâte, distraction, timidité ; reprendre les conversations inachevées, saisir les occasions perdues... Désormais, seule la mémoire permet de revivre les rencontres qui ont composé la vie, de leur donner une seconde chance. C'est ainsi que la narratrice retrouve ses amis : Elsa Morante, Ingeborg Bachmann, Gilles Deleuze, Giorgio Manganelli, José Bergamín et tant d'autres, vivants et inattendus. C'est grâce à la mémoire qu'elle accomplit un magnifique Pomme Z littéraire.

  • En hommage à Louise Dupré, le recueil «Moi tombée. Moi levée» esquisse l'itinéraire de corps qui tombent et se relèvent, suivant le proverbe créole qui veut que toute femme a sept sauts dans l'existence, sept stations d'un long calvaire. D'où l'exigence et la transparence qui travaillent ce recueil. Danse des mots et des visages pour que fleurisse la vie dans ce «voyage abracadabrant», si fragile mais combien humain. Le pari ici demeure cette lumière qui éclaire toute chose, les mots et les êtres qui chutent dans le vertige du verbe tomber.

  • Vaisseaux fantômes et naufrages incroyables, ivresse des profondeurs, hallucinations maritimes, vagues géantes ou calmes maudits, plongées initiatiques, rêves amphibiens...
    Au fil d´une trentaine d´histoires extraordinaires et inédites, navigateurs, passagers, naufragés, plongeurs ou surfers racontent, chacun à leur façon, ce moment où, face à la mer, leur raison a vacillé. Certains ont connu la peur, un instant de déraison, d´autres des extases ineffables.
    Au-delà des témoignages, Coups de folie en mer est une réflexion sur les nouvelles mythologies marines.

  • 1946. Roger Frison-Roche est à Tanger en qualité de journaliste. Pendant quinze ans, ses pas de reporter le mèneront à travers toute l´Afrique du Nord, de Tadjemout, petit village fortifié aux confins de l´immensité saharienne, à l´oasis d´Agadem au Niger ou à Bizerte en Tunisie.
    Les reportages qu´il rédige durant cette période, principalement pour L´Écho d´Alger, constituent l´essence de cet ouvrage inédit. Loin de s´en tenir à un prosaïque exposé de ses voyages, Frison fait de chacun d´eux une croisade littéraire au service de son appétit d´aventure. Course effrénée à l´or noir en Algérie, récit épique consacré à la mystérieuse princesse Tidjania... Reportages africains dresse un panorama de l´Afrique du Nord qui constitue à la fois un témoignage journalistique unique et un appel au rêve. Ces articles, dont certains ont inspiré les plus grands romans de l´écrivain, comme La Piste oubliée et Djebel Amour, provoquent l´irrésistible envie de bivouaquer sous la lune...

  • Pour certains Français, la défaite de juin 1940 et la fin de la République furent une « divine surprise ». Poussés sur le chemin de la compromission avec l'occupant par des motivations aussi diverses que la conviction politique ou le simple opportunisme, des hommes et des femmes ont écrit l'une des pages les plus honteuses et controversées de notre histoire.Parmi eux, Jacques Doriot, un ancien communiste qui combattit sous l'uniforme allemand ; Jean de Mayol de Lupé, un évêque royaliste, qui concluait ses prêches par un vibrant « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Heil Hitler ! » ; Marcel Petiot, un médecin psychopathe pseudo-résistant profitant de la détresse des Juifs pour les faire disparaître ; Abel Bonnard, un homosexuel notoire, devenu ministre de l'Éducation de Vichy...Chacun à leur manière et à des degrés divers, ils ont profité du chaos né de la guerre et, en faisant le pari de la collaboration, laissé libre cours à leurs ambitions personnelles et spéculatrices.À travers ces quatorze portraits au scalpel, David Alliot revisite ces années sombres, qui ne l'ont pas été pour tous.Spécialiste de Louis-Ferdinand Céline, David Alliot a consacré plusieurs ouvrages à l'auteur de Voyage au bout de la nuit, figure emblématique de ces années noires.

empty