• En 1921, Françoise Frenkel fonde la première librairie française de Berlin où viendront signer les plus grands auteurs français. Rien où poser sa tête raconte son itinéraire : contrainte en 1939 de fuir l'Allemagne, elle gagne la France où elle espère trouver refuge. C'est une vie de fugitive qui l'attend, jusqu'à ce qu'elle réussisse à passer clandestinement la frontière suisse en 1943. Tantôt dénoncée, tantôt secourue, incarcérée puis libérée, elle découvre des Français divisés par la guerre dont elle narre le quotidien, avec émotion et objectivité. Soixante-dix ans après sa publication à Genève, ce témoignage conserve, miraculeusement intacts, la voix, le regard, l'émotion
    d'une femme qui réussit à échapper à un destin tragique.

  • « C'est peu après sa rencontre avec Kerouac et Ginsberg que Cassady entame Première jeunesse : premier tiers de son autobiographie, qui sera publiée en 1971, trois ans après sa mort. Il y raconte une enfance sordide dans une famille de ploucs, auprès d'un père alcoolo qui le traîne, en auto-stop ou en resquilleur sur des trains de marchandises, à travers une Amérique de trimards et de clochards : saga mi-cocasse, mi-tragique d'un futur hors-la-loi ayant grandi dans un monde vagabond et insalubre, identique à celui des pionniers de l'Ouest sauvage. Le récit s'interrompt bien avant l'irruption de Kerouac. Mais l'édition que nous propose ici Gérard Guégan englobe un complément : des textes en friche, lettres, récits de dragues, digressions et confessions : le type de flux verbal dont Kerouac était admiratif et jaloux, dont il chercha à imiter le tempo, de la prose beat type, avec pick up, petites brunes et surdoses. » Jean-Luc Douin, Le Monde Neal Cassady (1926-1968) est une personnalité de la Beat Generation, le Dean Moriarty de Jack Kerouac dans son livre culte Sur la route. C'est sur la route, d'ailleurs, entre Salt Lake City et Denver, que Maud Cassady, en 1926, met au monde son neuvième enfant, Neal. Sa mère meurt alors qu'il n'a que dix ans. Il est élevé par son père alcoolique. Il connaît très tôt une vie de délinquance et les maisons de correction. Mais l'énergie est là : « À vingt ans j'avais volé 500 voitures et connu autant de femmes. » Son parcours s'achève en février 1968, dans le désert mexicain, où il meurt d'une overdose, mais sa légende, elle, commence.

  • « J'aimais tellement la défonce. Et je l'aime toujours. C'est précisément pour ça que je n'y touche plus. Effectivement comment vivre lorsque, par amour, on est prêt aux humiliations et aux tortures les plus raffinées, pour une minute, une seconde d'espoir que ça sera comme la première fois ? » Un jeune auteur de Saint-Pétersbourg raconte le quotidien tragi-comique d'un camé. Sans illusion, sans la moindre sentimentalité inutile, ces récits noirs en grande partie autobiographiques, tragiques et pleins d'humour, font de la grande ville du Nord une métropole anonyme à la beauté lépreuse et dont les palais tant vantés cachent d'innombrables taudis. Andreï Doronine, né en 1980, est un ancien toxicomane. Poussé à décrocher par sa femme Olga Marquez - chanteuse du groupe Oili Aili, célèbre en Russie et en Ukraine -, elle a aussi fini par le convaincre de publier ses textes. La résignation existentielle de Transsiberian back to black a séduit toute une génération de lecteurs russes. Il est considéré comme une importante voix nouvelle de la littérature russe.

  • Daphné Sheldrick, celle qu'on surnommera «la mère des éléphants», voit le jour en juin 1934 dans une ferme de colons britanniques, au Kenya. Tout la prédestine à vivre au plus près de la nature, surtout son extraordinaire empathie envers les animaux. Mais rien n'annonce qu'elle se lancera à corps perdu dans la guerre contre les chasseurs d'ivoire, ni qu'elle consacrera sa vie aux bébés orphelins victimes du braconnage.
    Le récit de cette femme d'exception traverse le XXe siècle et rend compte des soubresauts de l'histoire : les guerres mondiales, la révolte mau-mau, l'indépendance kenyane...
    Un destin romanesque, au coeur du monde sauvage, plein de chair, de passions et de violence.
    Décédée en 2018, Daphné Sheldrick a reçu de nombreuses distinctions et s'est fait connaître dans le monde entier par son travail pour la protection des éléphants. Le David Sheldrick Wildlife Trust, qu'elle a fondé en l'honneur de son mari, oeuvre pour la sauvegarde de la faune sauvage au Kenya.

    1 autre édition :

  • Les Cahiers de la guerre constituent la part la plus exceptionnelle des archives déposées par Marguerite Duras à l'Institut Mémoires de l'édition contemporaine (Imec) en 1995. Écrits entre 1943 et 1949, ils ont longtemps été conservés dans les mythiques 'armoires bleues' de sa maison de Neauphle-le-Château ; leur publication donne aujourd'hui accès à un document autobiographique unique, en même temps qu'à un témoignage précieux sur le travail littéraire de l'écrivain à ses débuts.
    Le contenu de ces quatre cahiers excède amplement le cadre de la guerre, malgré l'appellation inscrite par Marguerite Duras sur l'enveloppe qui les contenait. On y trouve en effet des récits autobiographiques où elle évoque les périodes les plus cruciales de sa vie, particulièrement sa jeunesse en Indochine ; des ébauches de romans en cours, comme Un barrage contre le Pacifique ou Le Marin de Gibraltar ; ou le récit à l'origine de La Douleur, publiée en 1985. Dix 'autres textes' inédits, contemporains de la rédaction de ces cahiers, complètent cette image d'une oeuvre naissante où se dessine l'architecture primitive de l'imaginaire durassien.
    À mi-chemin de l'oeuvre assumée et du document d'archive, ces Cahiers de la guerre donnent à voir tout à la fois l'enfance d'une oeuvre et l'affirmation d'un écrivain.

  • Rock'n philo

    Francis Métivier

    • J'ai lu
    • 25 Mars 2015

    Le rock et la philosophie s'accordent-ils ? Évidemment! La première Méditation de Descartes et le « Where is my mind ? » des Pixies posent les mêmes problématiques : le réel est-il ce que je vois ? Le message des Pensées de Pascal et celui de « Smells like teen spirit » de Nirvana est similaire : le moi est haïssable.
    Cet ouvrage, associant l'analyse de textes philosophiques et de textes (et musiques) de rock, propose de (re)découvrir les auteurs classiques tout en (ré)écoutant ses morceaux préférés autrement. Il passe en revue des thèmes majeurs tels que la liberté, le bonheur, l'art, le désir, etc., à travers des artistes aussi variés que les Beatles, The Doors, The Who, Noir Désir, Bob Dylan, Bashung, Led Zeppelin, Patti Smith, Radiohead, Springsteen, Marylin Manson, Pink Floyd, Hendrix, Téléphone, Nina Hagen, Elvis,The Rolling Stones et bien d'autres encore, qui réconcilient toutes les générations.

  • « Nos vies ont beau être bien courtes, sans donner le change, nous ne savons comment vivre nos jours. L'alcool peut nous y aider, l'amour aussi, ou encore les livres. Et n'aurait-on pas la consolation de faire porter à ses enfants de jolis vêtements, et de les faire gambader ici et là, qu'il faudrait rester chaque jour le visage baigné de larmes. Regardez ma mère : elle me prend pour son jouet. Et regardez-vous : n'est-ce pas d'un jouet dont vous avez besoin ? » Masamune Hakuchô (1879-1962) a joué un rôle majeur au sein du naturalisme japonais. Dans Où t'en vas-tu ? (1908), roman « gris souris », il dresse le portrait de la jeunesse japonaise du début du XXe siècle. Son personnage revendique crûment ne croire à aucune des valeurs de la société de son temps. Enfer (1909), plus autobiographique, campe un être aux lisières de la folie, incapable de saisir une réalité qui se dérobe.

  • Vous qui croyez qu'être rockeur empêche d'être philosophe au grand coeur, vous allez changer d'avis en lisant ce deuxième opus inédit ! Par la mise en regard de textes philosophiques et de morceaux rock incontournables, cet ouvrage aborde avec intelligence et simplicité des concepts majeurs tels que la conscience, le désir, le langage ou encore la raison. À la lumière des paroles de « Bohemian Rhapsody » et de Kierkegaard vous verrez l'art sous un nouveau jour, vous retrouverez la raison sous la houlette de Rousseau et de Supertramp, et Rage Against The Machine achèvera de vous remettre sur le chemin du droit. L'auteur invite Pascal, Aristote, Hegel, Hannah Arendt, Hume et bien d'autres à débattre avec Bob Dylan, Camille, The Kinks, Patti Smith ou encore Mathieu Chedid : une expérience plus que rock'n roll !

  • Samia est encore toute petite lorsqu'elle comprend qu'elle n'est pas la bienvenue dans cette riche famille musulmane où la présence d'une fille est une véritable punition d'Allah.

    Son père la domine, sa mère la rejette et ses deux frères aînés, conscients du traitement injuste dont elle est victime, ne peuvent rien pour elle. Elle est seule au monde, et lorsqu'on daigne s'adresser à elle, ce n'est jamais pour la porter aux nues.

    Elle n'a que seize ans lorsqu'on la marie malgré elle à un employé de son père. Un régime de terreur s'installe alors dans sa nouvelle demeure. Elle se tourne vers son père et sa mère pour obtenir de l'aide, mais elle reçoit toujours la même réponse: elle est une femme, et une femme doit respect et obéissance à son mari en n'importe quelle circonstance.

    Battue et violée à répétition, Samia ne peut s'appuyer que sur elle-même pour se sortir de ce cauchemar qui n'en finit plus. Les années passent et la situation ne fait que se détériorer. De surcroît, l'Algérie a basculé dans l'intégrisme religieux; l'usage du chantage et de la peur est devenu quotidien.

    Samia, maintenant mère de plusieurs enfants, n'a désormais qu'une seule idée en tête: fuir vers la liberté ; fuir pour respecter sa promesse faite à ses petits qu'un jour la lumière et la paix seront au menu tous les jours de leur vie.

    Mais sa route est jonchée de milliers d'obstacles et de dangers mortels...

  • Qui n'a jamais rêvé, un jour, en accompa¬gnant son enfant à l'école, de découvrir ou redécouvrir l'envers du décor ? Que se passe-t-il, une fois la porte refermée, dans la salle de classe d'un professeur que l'on n'a pas choisi ? Quelles relations les élèves entretiennent-ils entre eux et avec les adultes ?
    Avec humour et tendresse, à travers mille et une anecdotes véridiques et vécues, Patrice Romain nous entraîne dans le quotidien d'une école primaire, avec ses moments de joie, d'émotion ou de colère,ses sentiments d'impuissance ou de révolte, ses fous rires, ses tragédies, parfois... Por-traits de ces petits pourtant déjà si grands, qui ne manqueront pas d'être touchants.

    Couverture : © Studio J'ai lu

  • Voltaire autobiographe ? On est tenté de rire, Les Confessions en main, ou saint Augustin en mémoire. Et pourtant, le satiriste le plus cinglant de notre histoire s'y est pris à trois fois pour se raconter... En 1754, échappé de Berlin, interdit à Paris, réfugié à Colmar, il compose ou réécrit de fausses-vraies lettres de Prusse à sa nièce et amante, Mme Denis, qui furent reversées jusqu'à nos jours dans la Correspondance comme autant de témoignages spontanés et éblouissants sur ses démêlés avec Frédéric II. Celui-ci tient encore la première place dans les Mémoires pour servir à la vie de Monsieur de Voltaire, rédigés entre 1758 et 1760, à côté de Candide ; quant au Commentaire historique sur les oeuvres de l'auteur de La Henriade (1776), il part de l'enfance et embrasse les légendaires années de Ferney. L'autobiographie apparaît ici dans toute sa diversité : recueil épistolaire, récits à la première et à la troisième personne ; ton dolent, puis comique, puis rasséréné, pour se raconter sans enflure ni aveux. Au milieu de nos débordements, cette rare leçon de sobriété autobiographique vaut bien un hommage, sans doute.

  • Le Roman du Genji, un chef-d'oeuvre incontesté de la littérature universelle, est dû à une femme, Murasaki Shikibu, qui vécut à la cour du Japon aux alentours de l'an mil. Sa contemporaine Sei Shônagon a laissé un ouvrage unique en son genre par sa liberté de ton et son traitement virtuose de l'art de la liste : les Notes de Chevet. Une autre femme de la noblesse, connue comme « La mère de Fujiwara no Michitsuna », avait quelques années auparavant rédigé les Mémoires d'une Éphémère, sans doute la première autobiographie de la littérature mondiale. Dans ce livre, Jacqueline Pigeot rappelle les conditions qui ont permis l'épanouissement de la prose féminine à cette époque, et analyse plusieurs des procédés d'écriture (monologue intérieur, modalités du dialogue, citations cryptées) pour la première fois mis en oeuvre dans les Mémoires d'une Éphémère et dans Le Roman du Genji. Jacqueline Pigeot a enseigné pendant trente ans la langue et la littérature japonaises classiques à l'université Paris 7-Denis Diderot. Elle a publié plusieurs ouvrages d'analyse littéraire ainsi que des traductions d'oeuvres classiques et modernes, dont les Mémoires d'une Éphémère et les Récits de l'éveil du coeur. Françoise Lavocat est professeur de Littérature comparée à l'université Paris 3-Sorbonne Nouvelle et membre de l'Institut universitaire de France. Elle vient de publier Fait et fiction. Pour une frontière.

  • Le parcours personnel et professionnel de ce Breton, né à Auray en 1935, illustre l´évolution des médias de ces cinquante dernières années - presse, radio et télévision. Les jeunes générations le connaissent surtout pour ses performances auprès d´Antoine de Caunes, de Coluche, des Nuls et des Guignols de l´info, mais il a en fait débuté comme journaliste dans les années 1960.
    Directeur de la rédaction de RTL, animateur des JT de la première chaîne, roi des matinales d´Europe n° 1, il rejoint ensuite la toute jeune chaîne Canal+ en 1985. Il crée alors le mythique Top 50, avant de se lancer dans l´aventure Nulle Part Ailleurs.
    Cette autobiographie offre un éclairage inédit et insolent sur l´histoire et les coulisses de l´information, en même temps qu´une formidable galerie de portraits. Car Philippe Gildas est un inventeur des médias.
    Cet ouvrage est co-écrit avec Gilles Verlant, célèbre biographe de Gainsbourg, qui a longuement collaboré avec Philippe Gildas sur Canal+.

  • Cette histoire s'inscrit dans une période où le Québec baigne dans la culture judéo-chrétienne. La religion catholique domine et l'Église contrôle tout. Sous un certain rapport, la plupart des enseignements apportent du bon, par contre, d'autres contribuent à développer une culture d'hypocrisie et de contrôle. Le dimanche, les gens revêtent leurs vêtements de chrétiens pour assister à la messe et les enlèvent aussitôt revenus à leur domicile. C'est le temps des grosses familles. Malheureusement, les femmes souffrent de la soumission qu'exige l'Église catholique envers leur époux. Elles sont obligées d'accepter les demandes sexuelles de ceux-ci. Résultat : aussitôt le petit dernier sevré, la jeune mère repart pour la famille selon l'expression populaire de l'époque. « Je crois que nous avons tous une mission sur la terre. Il est importent de laisser un témoignage de notre passage. On nous a souvent dit que la terre est une vallée de larmes. Ça comprend aussi des joies. J'ai vécu dans la crainte. Enfant, c'était la peur de mon père. À l'adolescence, j'ai pensé avoir une vocation pour la prêtrise qui cadrait mal avec les filles que je trouvais tellement belles. J'ai vécu aussi avec la peur de l'enfer. Finalement, j'ai dû faire le vide avec la religion. Mais je n'ai pas pour autant laissé tomber la foi en un Créateur qui désire sauver toutes ses créatures. Enfin, au soir de ma vie, je connais le vrai bonheur. Merci Seigneur ! »

  • Les Chardons du Baragan

    Panaït Istrati

    • Bookelis
    • 26 Décembre 2017

    Les Chardons du Baragan est un roman de l'écrivain roumain de langue française Panaït Istrati, paru en 1928. Il est conçu à la fois comme une autobiographie fictive et un roman picaresque et d'apprentissage.
    |Source Wikipédia|
    Extrait
    |...À ces paroles sombres, femme et marmaille toussotent et frémissent à leur tour, par habitude :
    - Partie, la cigogne ?
    - Partie...
    Alors le Baragan prend le commandement !
    Il le fait, d'abord passivement, comme un homme qui se coucherait face au sol, et ne voudrait plus se lever ni mourir. C'est un géant !
    Étendu, depuis l'éternité, sur toutes les terres que le soleil grille entre la dolente Yalomitsa et le Danube grognon, le Baragan est, durant le printemps et l'été, en guerre sournoise avec l'homme laborieux qu'il n'aime pas et auquel il refuse tout bien-être, sauf celui de se promener et de hurler. C'est pourquoi on crie partout, dans les pays roumains, à celui qui se permet trop de libertés en public :
    - Hé, là ! Est-ce que tu te crois sur le Baragan ?...|

  • Les Confessions

    Jean-Jacques Rousseau

    • Bookelis
    • 13 Décembre 2017

    Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau est une autobiographie couvrant les cinquante-trois premières années de la vie de Rousseau, jusqu'à 1765.
    Les douze livres des Confessions se divisent en deux ensembles distincts, définis par Rousseau lui-même : la première partie constituée par les livres I à VI avec le Préambule, rédigée en 1765-1767, couvre les années 1712-1740 (années de formation, de la naissance à Genève à l'installation à Paris à 28 ans) alors que la deuxième partie, constituée par les livres VII à XII et rédigée en 1769-1770, couvre les années 1741-1765, c'est-à-dire sa vie à Paris dans les milieux de la musique et des philosophes, avec ses réussites (Discours - La Nouvelle Héloïse) et ses déboires, comme les attaques qui suivent la publication de l'Émile, qui l'obligent à fuir en Suisse.
    L'oeuvre aura une publication entièrement posthume. Associant sincérité, humilité et plaidoyer pour lui-même, Rousseau cherche à brosser un portrait positif de lui-même et se présente essentiellement comme une victime de la vie. L'oeuvre des Confessions fonde néanmoins le genre moderne de l'autobiographie et constitue un texte marquant de la littérature française.
    |Source Wikipédia|

  • Les Rêveries du promeneur solitaire sont un ouvrage inachevé de Jean-Jacques Rousseau rédigé entre 1776 et 1778, en France, à Paris.
    Présentation
    | Les Rêveries du promeneur solitaire tiennent à la fois de l'autobiographie et de la réflexion philosophique : elles constituent un ensemble d'une centaine de pages, l'auteur employant très généralement la première personne du singulier et apportant par digressions quelques détails sur sa vie.
    Le livre, qui se présente comme 'un informe journal [des] rêveries' de Rousseau, est composé de dix sections inégales, appelées promenades, qui sont des réflexions sur la nature de l'Homme et son Esprit. Rousseau, à travers cet ouvrage, présente une vision philosophique du bonheur, proche de la contemplation, de l'état ataraxique, à travers un isolement relatif, une vie paisible, et surtout, une relation fusionnelle avec la nature, développée par la marche, la contemplation, l'herboristerie que Rousseau pratique...|
    |Source Wikipédia|

  • En 2007, Domino Milot dévoilait son enfance dans Première décennie - survivre paru aux Éditions Amalthée (Médaille d´Argent 2012 de l´Académie Internationale de Lutèce et Médaille d´Étain 2012 de la Société académique Arts-Sciences-Lettres) ; elle revient aujourd´hui avec une autre période douloureuse de son existence, à savoir l´adolescence. Ainsi, elle invite les ex-ados, les adultes, à se remémorer ce temps de vie afin de faire preuve de davantage de tolérance envers les jeunes : qu´ils réapprennent à entendre les peines et les souffrances, à partager les joies et les changements, à écouter et à s´écouter. Et qu´en retour, les adolescents d´aujourd´hui réapprennent le respect et préfèrent la parole aux cris rageurs, aux insultes.






    Jeunes, moins jeunes, prenez le temps de partager cette lecture et votre ressenti, de mettre à nu vos sentiments, de vous réconcilier pour vous pardonner et repartir du bon pied, main dans la main.

  • Avec "Heureux, mais pas content", deuxième volet de son autobiographie (1979-2011), Serge Mongeau poursuit le récit d'une vie menée sous le signe de l'indignation : refus des injustices, de l'exploitation et de la destruction de notre environnement. Personnage de sage en colère, cet infatigable militant à l'origine de plusieurs mouvements pacifistes et écologistes au Québec, souhaite léguer aux nouvelles générations une « foi en notre capacité de changer notre avenir ».

    Dénonciation des travers de la médecine, engagement en faveur de la paix, simplicité volontaire, décroissance, mise sur pied des Éditions Écosociété, bataille contre le port méthanier de Rabaska, voilà autant de luttes qui ont jalonné le parcours de Serge Mongeau ces trente dernières années et qui témoignent d'un engagement motivé par un même objectif : « arriver à ce que, collectivement, nous prenions conscience de la nécessité de réorganiser notre société pour que tous puissent y vivre de façon décente aujourd'hui comme demain ».

    Dans cet ouvrage, ponctué de notes tirées de son carnet, Serge Mongeau pose un regard à la fois intime et visionnaire sur le monde et les gens qui l'entourent, sans craindre d'exprimer ses doutes et ses découragements. Mais toujours, il se révèle un homme libre animé d'une fougue incommensurable. « Mon histoire est un peu l'histoire du Québec qu'on présente rarement, celle des militants, souvent ignorée, qui cependant fait avancer les choses. »

  • Au coeur de la vie

    Christian Cabrol

    Avril 1968. Christian Cabrol, jeune chirurgien, réalise la première greffe cardiaque en Europe. En 1982, il récidive avec la première greffe coeur-poumons, puis, en 1986, il procède avec succès à l'implantation d'un coeur artificiel.
    Le Professeur Cabrol

  • Une plage de Nieul-Sur-Mer, près de La Rochelle. Une maison à Rambouillet. Un quartier pauvre de Lyon. Autour de ces lieux de mémoire, Nicole Avril se raconte pour la première fois. Elle découvre les parfums d'algue et d'iode, le goût du sel, et l'appel de l'horizon. Elle explore les jardins de son père, dignes des « jardins d'Allah », qui mélangent les fleurs, le maïs, les fruits juteux et tendres. La douleur surgit dès la cinquième année, quand la petite fille est soignée pour un « joubi » (joue-bis) qui lui déforme le visage. Elle connaît l'hôpital, l'odeur de l'éther, le froid et la peur. La douleur se manifeste aussi plus tard, lors de l'adolescence, à Lyon, avec le premier amour.
    Chaque vie est unique, et, en même temps, ressemble à n'importe quelle vie. Le récit de Nicole Avril ne dit pas autre chose. Il évoque en quelques touches une France d'après-guerre presque oubliée, et, avec des mots justes, la figure d'un père régnant sur des jardins qui ne flétriront jamais.

  • Depuis la publication de son livre La simplicité volontaire, plus que jamais... et le succès remporté (près de 30 000 exemplaires vendus), on associe Serge Mongeau à ce qui a fait école. Pas étonnant, puisqu'il ne cesse de donner des entrevues et des conférences partout au Québec. Mais avant cela, Serge Mongeau a été et demeure un citoyen très impliqué dans de nombreuses initiatives visant à améliorer notre société. Dans le premier tome de son autobiographie, il raconte sa jeunesse puis ses divers engagements, qui ont toujours tenu une place de première importance dans ses occupations:«Ma vie a été bien remplie, pas tant d'aventures ou d'événements personnels que de luttes pour tenter de changer une société que j'ai très tôt considérée comme bien mal foutue; l'injustice, la cupidité, le trop grand pouvoir des uns sur les autres, la misère et tant d'autres choses me révoltent. Je suis un rebelle qui n'accepte ni les demi-mesures ni les compromissions; en conséquence je me suis trouvé profondément impliqué dans nombre de luttes sociales. J'espère que mon livre sera utile aux plus jeunes qui pourront constater la distance parcourue en une cinquantaine d'années; j'aimerais surtout qu'ils retiennent de mon histoire l'importance d'une foi indomptable en notre capacité de modifier notre avenir et, en corollaire, la nécessité de s'engager et de persister dans ses actions.» (Extrait de la Préface)Au fil des chapitres, l'auteur nous guide à travers ses 40 premières années:- pendant ses études de médecine, puis sa brève pratique médicale;- dans son travail pour rendre accessible la contraception;- lors de son bref passage au Parti Québécois;- pendant la Crise d'octobre 1970, qui lui a valu un séjour en prison;- lors de son séjour au Chili coïncidant avec le coup d'État qui a renversé le gouvernement Allende;- dans son travail dans les CLSC.Une chronique sociale et politique, livrée par un homme vraiment engagé et au regard lucide, qui raconte les combats d'hier et d'aujourd'hui.

  • Chères lectrices, chers lecteurs, vous qui fûtes mes piliers de la première heure, poursuivez l´aventure à mes côtés par la découverte de ce troisième opuscule, car comme le petit poucet, je ne fais pas dans le pavé.





    Soulevez le voile opaque de

  • Cahier pour petit Jules

    Joël René

    « Avant l´heure, c´est pas l´heure, mais quand l´amour s´en va, il est trop tard. » C´est le genre de vision sincère, voire pertinente, que l´auteur a eu envie de transmettre à son petit-fils de coeur, entre anecdotes et leçons de vie. Ce témoignage, sans pudeur ni complaisance, mêle expériences de vie privée et de vie professionnelle, à travers des événements hétéroclites qui transportent le lecteur dans une douce aventure. Avec sa plume habile et ses diverses réflexions, Cahier pour Petit Jules peut être lu aussi bien par un public jeune et curieux que par celui plus émérite des seniors, avec le devoir du souvenir en oriflamme : « Tant de rires noyés dans si peu de larmes... À mes compagnons aux âmes égarées, je n´avais même pas trouvé la ressource de dire merci ».

empty